La CGT sous les feuxdesmédias

19
05月

La presse quotidienne accorde une grandeplaceàBernardThibaultetàsaconfédérationsyndicale。 Spéculantsouvent sur ses intentions et des division internes。

Ellereprésente40%la SNCF,prèsde37%àlaRATP,56,5%àEDF和58.5%àGDF。 Les lecteursdeLibérationaurontdécouvertce matin que la CGT est le syndicat de loin leplusreprésentatifdansces entreprises。 «Ce quis'estpasséentrela CGT et le gouvernement estunepremière»,note le quotidien,soulignant que jamaisunsecrétairegénéraln'avaitpris l'initiative de proposer l'ouverturedenégociationsàlaveille d'un conflit。 Libérationyvoit«unchoixstratégiqueassumé»,ajoutant qu'il rappelle«àstenségards»le recentrage d'EdmondMaireàlafindesannéessoixante-dix。 L'ensemble de la presse rendlemêmetton et parfoisemboîtelepasauxmêmesscéculations。

«La CGTaréussiàsemettre au centre du jeu»,注意lesÉchos。 «LetrèspragmatiqueBernard Thibault a repris la mainetdevancétoutle monde»,renchéritDanielRuiz de la Montagne,tandis que,selon lui,le gouvernement«vient,en acceptantlanégociation,de se mettre en positiondelâcherdescontreparties importantes ,c'est-à-dire de prendre le risque de remplacerdesrégimesspéciauxpardesrégimesspéciaux»。 Dans Ouest France,Paul Burel pense que Bernard Thibault,«tirantlesleçonsdel'écheccontrelaréformeFillondes retraites en 2003»,veut«capitaliser sur un mouvementbienmaîtriséetefficace»。

Pour Jean-Marcel Bouguereau delaRépubliquedesPyrénées,«Bernard Thibault,qui vient de gagner ses galonsdelratratège,savait que(...)cette fois l'opinionétaitlarmenthostileàergrrèvelongue。 Il fallait sortir deceiègeauplus vite et il l'a fait»。 Philippe Waucamp,dansleRépublicainraLorrain,estime que«l'ouverturepratiquéeparBernard Thibault(...)se fonde sur l'enracinementrécent,etréussi,de la CGT parmilessalariésduprivé。 Uneééititéquiimpose de ne pas se couper de ces nouvelles troupes en conduisantlagrèvedetrop»。

Le ton改变avecHervéFavre,de la Voix du Nord,qui imag que«lafédérationdescheminots CGT n'est pas encore surlamêmelongueurd'onde que Bernard Thibault»。 Le Figaro voit la CGT«prize en tenaille entre ses cheminots qui veulent poursuivre le mouvement et sa direction qui a ouvert la porteauxnégociations»。 Et vue de l'esprit,Dominique Seux,desÉchos,s'interroge:«Nicolas Sarkozy et la CGT esquissent-ils un pas de deux? »Quant au Parisien,il est leseulàavoirentendu que«Thibault s'est fait siffler dans la manif parisienne»。

奥利维尔梅耶